Читать онлайн Monsieur Penseur бесплатно

Monsieur Penseur

Monsieur Penseur

Finalement j'atteignis sa cabane dont les murs semblaient s'être enfoncés dans le sol, avec une entrée d'un côté et une fenêtre de l'autre. J'ai frappé sur la tôle ondulée qui recouvrait l'entrée. C'est ainsi que les invités annoncent habituellement leur arrivée, mais à la place des portes, il y avait un trou.

– Qui est-ce? – La voix de quelqu'un a été entendue.

–Je peux venir te voir une minute?

– Ce qui s'est passé? – a demandé à l'homme dans la cabine.

– Je veux t'examiner. Comment te sens-tu?

– Je ne me plains pas. Tout va bien. Il est en bonne santé.

"Mais au moins fais attention pour que je puisse t'écouter." Ou laissez-moi entrer.

– Passez votre chemin et laissez-moi tranquille !

– il n'en sortira rien. Mon devoir m'a amené ici. Je dois t'examiner.

– Et je proteste contre la violence ! Où est votre tant vantée liberté d’expression et d’action ? Et vous prétendez aussi que tout le monde l’utilise comme l’air ?

– Oui, mais une telle compréhension de la liberté suppose un certain degré de conscience.

« Nos ancêtres ont protesté contre la violence en faisant des grèves de la faim dans les prisons. Aujourd’hui, c’est une autre époque, et je déclare une grève silencieuse en signe de protestation !

– Écoutez, monsieur ! La société respecte notre décision de revenir à la nature. Vous pouvez profiter de tous les bienfaits de la civilisation, mais si vous souhaitez dormir sur des nattes, c’est votre affaire ! S’il vous plaît, abandonnez tout ce que la culture apporte à la société – à la fois les avantages spirituels et matériels. Mais encore faut-il respecter certaines lois, sinon sociales, du moins celles inhérentes à la nature humaine. Après tout, il faut aussi rester humain dans ce domaine. Pouvez-vous m'entendre?

Silence. Il n'y a aucun bruit provenant de la cabine. Le monsieur présent dans la cabine s'est mis en grève.

"Je vous assure que je respecte votre décision de vivre dans la pauvreté et de vous cacher de la société pour vous livrer à la réflexion, comme les philosophes antiques." Mais je suis la nouvelle hygiéniste de ton quartier, et je dois prendre soin de toi comme tout le monde. Pouvez-vous m'entendre?

Encore du silence.

"Eh bien, d'accord", ai-je pensé, "si vous ne voulez pas le faire dans le bon sens, alors nous le ferons dans le mauvais sens."

"Je n'ai plus le temps, cher monsieur," dis-je à voix haute, "je pars, mais je serai de retour demain." J'espère que tu seras plus intelligent d'ici là.

En essayant de faire le plus de bruit possible, je me suis éloigné, mais je me suis assis derrière le buisson le plus proche et j'ai commencé à surveiller attentivement le stand.

Environ vingt minutes plus tard, la tête de cet homme dépassait par la fenêtre. Le chef regarda attentivement autour de lui et bientôt le monsieur lui-même sortit de la cabine. Il portait un pantalon – il devait être blanc à une époque – et un pull noir qui avait ramassé toute la saleté environnante. Le monsieur se leva en relevant son pantalon. En se penchant, il descendit la pente en courant et s'enfonça dans le fourré dense. Personne ne l’a vu, mais lui non plus n’a vu personne. J'en ai profité et suis monté dans la cabine. Il y avait de la paille sur le sol, recouverte d'une couverture déchirée.

Quelques minutes plus tard, le monsieur lui-même revint. Quand il m'a vu, il a juré fort. Il était impossible de rester debout, alors il s'est agenouillé à côté de moi :

– Pourquoi entres-tu par effraction chez moi ? Qui vous a invité ici ?

J'ai regardé autour. Il n'y avait même pas un clou sur les murs inclinés. Dans le coin, il n’y avait qu’une pelle au manche cassé.

– As-tu peur que je vole tes bijoux ? Que faites-vous ici? Avez-vous détesté le monde entier ? Quelqu'un vous a-t-il offensé ?

– Tu me fatigues! Sortir! Je veux être seul!

"Vous pouvez rester seul", ai-je commencé d'un ton significatif, "mais vous ne devez pas susciter de mécontentement". Mon conseil est de retourner vers les gens, de redevenir un être humain. Montre-moi tes pieds, il est temps de planter des pois entre tes orteils !

Il replia ses deux jambes sous lui et ne dit rien. J'ai adouci mon ton :

– Je vous propose de déménager dans l'une des petites villas. C'est calme là-bas, comme dans une forêt sous la neige. Si vous détestez les meubles, vous pouvez les jeter ou les hacher comme bon vous semble. A quelques pas de la maison se trouve un ruisseau babillant – il peut remplacer un bain ou une douche. Vous aurez du savon et un gant de toilette rigide pour bien vous laver, et bien sûr, une brosse à dents ! Et des pâtes qui sentent les herbes. Je ferai de toi une personne différente !

"Eh bien, vous vous moquez de moi", dit le monsieur. « Je vis ici depuis longtemps, j'ai mes droits et mes responsabilités, alors pourquoi ne me laisses-tu pas tranquille? Après tout, je ne dérange personne, je passe mes journées comme un scarabée travailleur. Je ne suis pas belle, mais je suis utile. Pourquoi ai-je besoin de votre dentifrice à part pour tacher mes dents? Si je pouvais vous donner un conseil, je vous dirais: « Arrêtez tout ce bruit et venez me voir. Construisez un beau stand à côté du mien et ne vous souciez pas de tout.

Ce monsieur a commencé à me persuader de le suivre! Je dois échanger ma vie contre une Robinsonade, qui représente non seulement une existence primitive, mais, voyez-vous, une lutte intense de la sagesse humaine éternelle et de la ruse avec les éléments. Ce Diogène moderne et sa philosophie ont essayé de me propager ! Il n'a fallu que quelques thèses pour, me semble-t-il, détruire ses croyances en deux, comme un ver, ces deux moitiés en deux et ainsi de suite, mais tout cela a été en vain. Chaque partie vivait sa propre vie, se tortillait, affirmait son primitivisme, se moquait de la civilisation.

"Vous ne représentez plus la race humaine, mais une tribu de je-sais-tout dégoûtants." Vous avez créé une sorte de paradis automatique monstrueux sur votre planète. Vous vous êtes éloigné de la nature, vous l'avez asservie, vous l'avez forcée à travailler jusqu'à son autodestruction, vous l'avez brisée, violée avec vos découvertes. Lorsque cela ne vous suffisait pas, vous avez inventé dans vos laboratoires une nouvelle nature, artificielle, chimique et mécanique, contrairement aux buts et à la volonté de la nature elle-même. Il doit être entouré de mystère, car les siècles à venir sont menacés par un homme tout-puissant, dont le cerveau et les mains créeront des choses encore plus terribles, car ces mains n'appartiendront plus à l'homme.

J'ai répondu à M. Penseur qu'il avait lui-même perdu sa forme humaine et que ses paroles n'avaient aucun sens. La future personne se développera harmonieusement. Et en plus, il a oublié les autres mondes, les nouvelles planètes que l'on découvre lors des vols spatiaux et vers lesquelles descendent nos vaisseaux spatiaux. Ce serait très triste si un seul soleil brillait toujours au-dessus de la tête de l’humanité et qu’une autre étoile ne se levait jamais. Si les gens étaient toujours condamnés à bricoler uniquement leur Terre, à la refaire, à l'améliorer – seulement elle ! Mais heureusement, l'esprit humain, ses mains et ses pensées ont trouvé de nouveaux domaines d'application inexplorés sur des planètes lointaines. Vous connaîtrez le bonheur lorsque vous le rencontrerez, mais vous devez connaître le chagrin à l'avance, avant qu'il n'entre dans votre vie, c'est la seule façon de vous en défendre.

Je voulais clarifier cette pensée, mais le monsieur, comme s'il ne m'entendait pas, continuait à marmonner la sienne :

« Aujourd'hui, vous ne vous souvenez même plus de ce que sont ces sentiments : lourdeur, fatigue, douleur, vous ne savez pas à quel point le travail physique est agréable. Les plus grands plaisirs ne s'offrent pas à vous – goûter du pain noir après une longue grève de la faim, goûter une gorgée d'eau après un long voyage, s'endormir épuisé par un dur labeur. Vous êtes des poules mouillées qui vous assimilez à des dieux ! Nous ne sommes pas encore nés, mais tout est déjà préparé pour vous. Les écoles se construisent plus vite que les nouveaux étudiants ne grandissent, il y a des hôpitaux, mais il y a peu de patients. Vos gymnases, terrains de jeux, stades sont si grands qu'ils ne seront jamais remplis, vous avez tant de galeries d'art, tant de salles de concert, tant de théâtres que vous en avez marre, l'empoisonnement cérébral a commencé. Et personne ne sait jamais où s’arrêter.

Que pourrais-je dire à cela ? Qu'une personne restera une personne, et que les gens resteront des personnes jusqu'à ce qu'ils perdent tout ce qui est humain. Ses paroles – quoi qu’il dise – sont un éloge funèbre de notre époque. Il rejette les excès et la prospérité, mais qui sait si son rejet actuel de tous les biens et de la famine volontaire n'est pas le résultat de la satiété d'hier ?

Tout dans le monde est désormais parfaitement organisé et l'harmonie y règne. Chaque personne ressemble au tuyau d’un orgue géant jouant une symphonie sur la vie sur Terre. Et si une fausse note retentit lors de cette représentation, ce qui n'est pas surprenant puisqu'il y a des milliards de tuyaux, alors il fait partie de ces tuyaux fêlés.

Le monde entier est actuellement stérile. Les rues, par exemple, sont arrosées de mousse, qui est ensuite emportée par la pluie artificielle. Les maisons scintillent de couleurs vives, mais le blanc prédomine, symbole de pureté et de santé ! Une armée d’hygiénistes s’est levée pour lutter contre ceux qui souillent la propreté.

« Et toi, lui dis-je, tu en fais partie. Je ne peux pas permettre ça ! Je dois te combattre en tant que champion des normes anti-esthétiques.

"Oh, vous êtes un merveilleux rêveur", a déclaré le monsieur visiblement offensé, "sachez que la saleté ne disparaîtra jamais de la surface de la Terre, car chaque grain de poussière est en fait une particule de notre planète."

"Oh, morceau de planète", répondis-je sur le même ton, "si ces grains de poussière s'accumulent sous tes ongles, c'est déjà de la saleté, et il faut l'enlever avec de l'eau et une brosse !". Au fait, allez, mon odorat refuse de percevoir des odeurs aussi étranges.

"Personne ne vous a invité ici", répondit le monsieur, mais il sortit. – Si, en plus d'un long nez, vous aviez aussi de l'imagination, vous auriez remarqué un pommier en fleurs à l'endroit où vous avez grimpé et qui vous irrite tant.

– Ne me rappelle pas les arbres en fleurs ! J'étais faché.

"Pour information, j'ai mis en colère tous les arbres autour de moi !" J'ai fait cela pour améliorer la structure du sol. L’ensemble de ce jardin est le résultat de nombreuses années de recherche sur le problème lié aux engrais artificiels. Si vous deviez gravir la colline avec moi, vous constateriez que plus vous montez, plus les arbres vieillissent. Sur chaque tronc se trouve une plaque indiquant la quantité d'engrais azotés et phosphatés et la quantité de tourbe utilisée pour nourrir l'arbre. Voyez-vous une rangée de piquets martelés l’automne dernier ? C'est la bordure de mon jardin. Vous avez probablement déjà deviné que ce sont les lieux des futurs débarquements. En bas je sème, en haut je récolte. Je traite les oiseaux avec des cerises et les garçons environnants avec des poires. Cependant, je dois m'assurer qu'ils me craignent un peu.

Teleserial Book